Actualités : Bons milieux aquatiques 2019 !
[ zoom ]
Mardi 1er janvier 2019

Puisse 2019 voir la concrétisation de vos projets à tous les plans ! Peut-être même faudra-t-il ajouter à nos vœux annuels une nouvelle formulation concernant la qualité de nos milieux aquatiques qui se résorbent comme peau de chagrin, au fil d'un dérèglement climatique qui s'avance et des modifications de la biodiversité au rythme des aménagements humains: barrages, assèchements, drainages, pompages, pollutions,...Nous vous souhaitons donc de pouvoir encore admirer des sources fraîches, des ruisseaux limpides et le vol délicat de l'éphémère... Bonne année !

mb
Retour en haut de page
Retour en haut de page
Bienvenue chez Opie-benthos

"Opie-benthos" est un groupe de travail de l'Opie (Office pour les insectes et leur environnement), spécialement dédié à l'étude des insectes aquatiques et la protection des milieux qui constituent leur espace de vie. Pour servir cette mission, nous développons un inventaire national pour chacun des ordres suivants: ÉphémèresPlécoptèresHétéroptères aquatiques et semi-aquatiques,  les quelques espèces à larves aquatiques des Mégaloptères et Névroptères, les Trichoptères, et tout récemment les Diptères Ptychopteridae ainsi que les Coléoptères aquatiques.
Ces activités sont ouvertes à toutes et tous et nous vous invitons à voyager dans notre site qui diffuse tout spécialement des informations relatives à ces insectes et les résultats de nos travaux. Nous sommes également partenaires de Rivières sauvages. Nous éditons également la revue scientifique Ephemera.
Pour nous contacter: mb2@invfmr.org.
Bon voyage dans Opie-benthos!

Enquête: gros Coléoptères aquatiques

Le groupe Opie-benthos lance une enquête participative dans la lignée de celles déjà mises en place par l'Opie. Elle concerne les gros Coléoptères aquatiques dont la taille est égale ou supérieure à 10 mm, dans le but de mieux connaître leur distribution nationale métropolitaine et mieux appréhender le caractère patrimonial de ces différentes espèces (17 sont ici concernées). Certaines sont d'ailleurs sans doute menacées en regard de la fragilité des milieux qu'elles colonisent. Le protocole mis en place est simple et s'attache à pouvoir relâcher le plus possible de spécimens en utilisant des boîtes d'observation et un appareil photographique. Merci de votre concours !