Actualités
Et pourtant, à Paris...
[ zoom ]

Samedi 1er février 2020

Une récente étude de chercheurs Nord-Américains (Stepanian et al. 2019), reprise ces jours-ci par le quotidien Le Monde du 27 janvier, révèle un effondrement massif des effectifs, estimé entre 52 et 84 % selon les cours d'eau étudiés (Mississipi), d'une espèce d'éphémères du genre Hexagenia (famille des Ephemeridae) et ce au cours de ces dernières années. Cette espèce était pourtant très présente, avec des émergences massives d'adultes ailés. Mais cette fois-ci l'impact de l'agriculture intensive est souligné. Émergences massives semblables à celles que nous connaissions en France avec principalement Ephoron virgo, la manne blanche, dont les vols étaient si importants le long de la Saône que des familles, dans les années 1950, les attiraient à la lumière sur les rives et les récoltaient, les séchaient pour les vendre comme nourriture pour oiseaux (Césard 2010). Production annuelle estimée localement à près de 10 tonnes. Vols massifs également constatés sur de grands cours d'eau, comme la Garonne, la Loire ou l'Allier (Verrier 1956). Vols qui ne sont plus que des souvenirs ou sont devenus simplement sporadiques. Et en même temps, à Paris, surprise de constater une émergence significative d'Ephemera glaucops sur les quais du Canal de l'Ourcq (photo ci-contre), le 18 juin dernier, sans doute comme un appel à notre conscience...

mb

Retour en haut de page
En bref !
17/02/2021 - Trichoptères du Grand-Ouest
Trichoptères du Grand-Ouest

02/01/2021 - nouvelle année: toujours des projets...
nouvelle année: toujours des projets

24/11/2020 - Plécoptères: un futur atlas pour la France
Plécoptères: un futur atlas pour la France

21/09/2020 - Trichoptères: espèce nouvelle pour la France
Trichoptères:; espèce nouvelle pour la France

29/08/2020 - Coléoptères aquatiques: toujours du nouveau
Coléoptères aquatiques: toujours du nouveau

04/06/2020 - Trichoptères déconfinés: nouveauté pour la France
Trichoptères déconfinés: nouveautés pour la France

01/02/2020 - Et pourtant, à Paris...
Et pourtant, à Paris...
Retour en haut de page