Liste faunistique
Phylogénie des Trichoptères : quelques éléments

La phylogénie cherche à définir le déroulement de l’évolution d’un groupe d’êtres vivants. Elle se base sur la morphologie, l’anatomie, la biologie au sens large (physiologie, embryologie, éthologie, biogéographie, etc.), ainsi que la biologie moléculaire. Lorsque cela est possible la phylogénie fait également appel à la paléontologie.

Chez les Trichoptères, les premiers essais de phylogénie ont été basés sur les adultes et plus particulièrement sur les mâles. La structure des palpes maxillaires, la présence ou l’absence d’ocelles, la nervation des ailes ont d’abord été utilisées. Au fur et à mesure de la progression des connaissances, les caractères des larves et des nymphes, les modalités du développement post-embryonnaire, la biologie des larves, et plus récemment les données liées à la biologie moléculaire ont été également utilisées modifiant sensiblement notre perception de la phylogénie des Trichoptères (voir notamment Morse 1997 ; Frania & Wiggins 1997 ; Ivanov 1997 ; Kjer et al. 2001).

 

Les Trichoptères sont apparemment issus d’un groupe (super-ordre des Mécoptéroides) à partir duquel se sont différenciés par ailleurs les Diptères, les Mécoptères et les Lépidoptères. C’est avec ce dernier ordre que les affinités des Trichoptères sont les plus fortes.

 

Chez les Trichoptères, on peut distinguer 3 grands groupes:

  • Les Annulipalpia sensu stricto avec deux super-familles : les Philopotamoidea et les Hydropsychoidea. Ce sont probablement les plus anciens des Trichoptères puisque l’on a trouvé des Philopotamidae dans des sédiments triasiques (environ 230 millions d’années) (Sukatcheva 1991).
  • Les Integripalpia sensu stricto constituent un ensemble cohérent et comportent 4 superfamilles : les Phryganeoidea, les Limnephiloidea, les Leptoceroidea et les Sericostomatoidea.
  • Les “ Spicipalpia ” forment un ensemble hétérogène comprenant les Rhyacophiloidea, les Hydroptiloidea et les Glossosomatoidea. Selon les caractères retenus, certains auteurs rapprochent les Rhyacophiloidea des Annulipalpia et les Hydroptiloidea ainsi que les Glossosomatoidea des Integripalpia ; les derniers travaux (Kjer et al. 2001) semblent rapprocher les Spicipalpia dans leur ensemble des Integripalpia.

 

Références

On trouvera dans les références ci-dessous, qui correspondent pour certaines à des synthèses, une bibliographie très complète sur la phylogénie des Trichoptères. On pourra aussi se rapporter, par exemple, au numéro spécial sur l’évolution (Pour la Science, Dossier, janvier 1997) dans lequel sont expliqués de façon détaillée les principes de la phylogénie, ou l'ouvrage de Lecointre & Le Guyader ("Classification phylogénétique du vivant" aux éditions Belin - 2001).

 

Frania, H.E. & G.B. Wiggins. 1997. Analysis of morphological and behavioral evidence for the phylogeny and higher classification of Trichoptera (Insecta). R. Ont. Mus. Life Sci. Contrib. 160: 1-67.

Ivanov, V.D. 1997. Rhyacophiloidea, a paraphyletic taxon. Pp 189-193, in Proceedings of the 8th International Symposium on Trichoptera (R.W. Holzenthal and O.S. Flint jr. eds). Ohio Biological Survey, Columbus.

Kjer, K.M., R.J. Blahnik & R.W. Holzenthal. 2001. Phylogeny of Trichoptera (caddisflies): characterization of signal and noise within multiple datasets. Syst. Biol., 50: 781-816.

Morse, J.C. 1997. Phylogeny of Trichoptera. Annu. Rev. Entomol.,42: 427-450.

Sukatcheva, I.1991. Historical development of the Order Trichoptera. Pp.441-445, in Proceedings of the 6th International Symposium on Trichoptera (C. Tomazewski, ed.). Poznan.

 

Retour en haut de page
Liste faunistique (COPPA & TACHET 2018)

Cette liste faunistique est issue des citations relevées de la littérature et des travaux de l’inventaire des Trichoptères de France (INVT). Les combinaisons binominales originales sont données ainsi que les principales synonymies. La présentation adopte l’ordre le plus couramment utilisé (voir le chapitre Phylogénie des Trichoptères), la nomenclature se rapprochant le plus possible de Fauna europaea (www.faunaeur.org) et de World Trichoptera. Par ailleurs, nous privilégions à ce jour les options suivantes :

  • Adoption du genre Homilia pour Athripsodes leucophaeus.
  • Conservation des deux genres très proches (cf. Schmid 1957), Micropterna et Stenophylax. Les espèces du genre Micropterna sont soit assimilées à celles du genre Stenophylax (cf. Botosaneanu dans sa faune du Levant, ou Morse (dans World Trichoptera), soient conservées dans le genre Micropterna (site www.faunaeur. org).
  • Conservation du genre Colpotaulius qui n’appartiendrait pas à l’infra tribu des Limnephilita (Vshivklova et al. 2007).
  • Adoption du genre Anabolia pour A. brevipennis au lieu du genre Phacopteryx.
  • Conservation des espèces du genre Melampophylax, M altuspyrenaicus et M. cantalicus.
  • Wormaldia variegata : nous conservons pour le moment ce seul nom d’espèce, sans indication des sous-espèces, jusqu’à ce que les découvertes de nouveaux spécimens permettent de lever cette option.
  • Rhyacophila dorsalis : les distributions des diverses sous-espèces montrent des zones de chevauchement, qui sous-tendent l’existence, dans notre pays, de formes de transition (Malicky 2002).
  • Pour la sous-famille des Drusinae, nous adoptons la nomenclature d'Oláh et al. 2017 qui modifie profondément celle utilisée jusqu'ici, notamment par la position des espèces des genres AnomalopterygellaCryptothrix,  Leptodrusus, Metanoea et Monocentra, maintenant placées dans le genre Drusus. D. vercorsicus Botosaneanu & Dumont, 2003 est considérée valide et non comme synonyme de D. malickyi (Sipahiler, 1992). De même D. thibaulti Décamps, 1972 est élevée au rang d'espèce et non de sous-espèce de D. rectus.
  • Micasema difficile Mosely, 1934: le statut de cette espèce n'est pas encore clairement défini (Malicky 2005). Il pourrait s’agir de M. vestitum selon Botosaneanu & González 2006.
  • Micrasema gabusi Schmid, 1952 : de même, cette espèce pourrait être un synonyme de M. longulum, toujours selon Botosaneanu & González 2006.
  •  Limnephilus audeus Botosaneanu, 2000 est considérée comme synonyme de L. centralis.
  •  Alpopsyche ucenorum Botosaneanu & Giudicelli, 2004 est considérée comme une combinaison binominale valide au lieu du genre Rhadicoleptus (cf. Malicky 2005).
  • Triaenodes conspersus (Rambur, 1842) et T. simulans Tjeder, 1929 ne sont pas intégrées au genre Ylodes Milne, 1934 (cf. Morse in Trichoptera world).
  • Potamophylax nigricornis (Pictet, 1834) est conservée pour la faune de France, le temps nécessaire à la révision des spécimens précédemment rapportés à cette espèce et appartenant vraisemblablement à trois espèces nouvelles (voir Oláh et al. 2013)
  • Il en est de même pour Drusus discolor (Rambur, 1842) (voir Oláh et al. 2016)

à ce jour, la faune de notre pays compte donc 505 espèces et sous-espèces réparties en 102 genres et 23 familles.

Retour en haut de page
Liste Faunistique des Trichoptères de France
Vous pouvez télécharger la liste au format PDF.
 Liste faunistique des Trichoptères de France (PDF 532Ko)
Retour en haut de page