Perlodidae
Famille des PERLODIDAE Klapálek, 1909

La famille des Perlodidae comprend 7 genres (dont 3 monospécifiques) et 24 espèces.
Il s’agit d’insectes de taille moyenne à grande, de teinte variable, avec parfois des dessins dorsaux assez caractéristiques. Trois genres sont monospéciques. Cette famille comprend des représentants dans tous les niveaux typologiques des cours d’eaux français, des sources au grand fleuve de type Loire. Mais toutes les espèces fluviatiles ont fortement régressé et ne semblent présentes que sur quelques bassins versants.

Retour en haut de page
Arcynopteryx dichroa (MacLachlan, 1872)

Espèce des sources d’altitude, présente dans tout l’arc pyrénéen. Les mâles sont microptères. Les larves sont brunes sans dessins particuliers.


 Illustration Arcynopteryx dichroa (44Ko)
 Illustration Arcynopteryx dichroa (47Ko)
Retour en haut de page
Genre Besdolus
Il comprend 2 espèces des grands cours d’eau, en forte régression. Le motif de la tête des larves est caractéristique, ainsi que la couleur générale dans les tons jaune-orangé.
Retour en haut de page
Besdolus imhoffi (Pictet, 1841)
Retour en haut de page
Besdolus ravizzarum Zwick & Weinzierl, 1995

 Illustration Besdolus ravizzarum (40Ko)
 Illustration Besdolus ravizzarum (45Ko)
 Illustration Besdolus ravizzarum (36Ko)
Retour en haut de page
Genre Dictyogenus

Il comprend au moins 4 espèces présentes dans les Alpes et le Jura, dans les sources et les torrents. Une ligne de fortes soies à la base de la tête caractérise les larves et permet de les distinguer de celles de Perlodes. Un récent travail (Reding et al. 2019) permet de clarifier la situation complexe avec vraisemblablement un complexe d'espèces sous le nom de D. fontium.

Retour en haut de page
Dictyogenus alpinum (Pictet, 1841)

 Illustration Dictyogenus alpinum (39Ko)
 Illustration Dictyogenus alpinum (62Ko)
Retour en haut de page
Dictyogenus fontium (Ris, 1896)
Retour en haut de page
Dictyogenus jurassicum Reding et al., 2019
Retour en haut de page
Dictyogenus muranyii Vinçon et al., 2019
Retour en haut de page
Diura bicaudata (Linnæus, 1758)
Uniquement citée dans la quart Nord-Est et surtout dans les Vosges, cette espèce fréquente des sources froides d’altitude. Le mâle est microptère.
 Illustration Diura bicaudata (76Ko)
 Illustration Diura bicaudata (53Ko)
Retour en haut de page
Genre Perlodes

Il comprend 4 espèces de grande taille, surtout chez les femelles (20mm en moyenne). P. microcephalus est une espèce assez répandue dans les eaux froides des rivières de plaine. La tête de l’adulte, comme celle de la larve de couleur jaune, possède un dessin caractéristique. Mais l’identification est souvent difficile dans les stations ou plusieurs espèces cohabitent.

Retour en haut de page
Perlodes dispar (Rambur, 1842)
Retour en haut de page
Perlodes intricatus (Pictet, 1841)
Retour en haut de page
Larve du Perlodes intricatus du haut Guil (Hautes-Alpes), juillet 2012.
Retour en haut de page
Perlodes jurassicus Aubert, 1946 *
Les citations de cette espèce en dehors du Massif du Jura sont erronées et correspondent pour la plupart à P. intricatus (voir Knispel et al. 2002)
Retour en haut de page

Adulte de Perlodes jurassicus du Jura (Août 2014).

Retour en haut de page
Perlodes microcephalus (Pictet, 1833)
Retour en haut de page
Couple d'adultes de Perlodes microcephalus, du Pays Basque (Pyrénées-Atlantiques). La mâle est reconnaissable à la petite taille de ses ailes
Retour en haut de page
Isogenus nubecula Newman, 1833

Isogenus nubecula, espèce dite fluviatile, était présente autrefois sur tous les grands fleuves. Sa taille est légèrement plus faible que celle des Perlodes et paraissant aussi plus mince.

Retour en haut de page

Adulte d'Isogenus nubecula de la Loire (Loiret, mars 2014).

Retour en haut de page
Genre Isoperla

Il comprend 14 espèces de taille moyenne, souvent de teinte jaune, parfois vert olive. L’identification à l’espèce est difficile et nécessite l’observation au microscope du sac pénial des mâles. Chez la plupart des espèces on observe un dessin dit "en fer à cheval" entre les ocelles de la tête.
Néanmoins dans les régions de plaine, une seule espèce, l'une des plus répandues parmi les Plécoptères de notre pays, est présente : Isoperla grammatica. Elle est potentielle dans toutes les eaux salmonicoles.
Plusieurs espèces sont endémiques à la Corse ou aux Pyrénées.

Retour en haut de page
Isoperla acicularis acicularis (Despax, 1936)
Retour en haut de page
Isoperla ambigua (Despax, 1936)
Retour en haut de page

Adulte d'Isoperla ambigua de l'Ardèche (juillet 2014).

Retour en haut de page
Isoperla carbonaria Aubert, 1953
Retour en haut de page
Isoperla difformis (Klapálek, 1909)
Retour en haut de page
Isoperla goertzi Illies, 1952
Retour en haut de page
Isoperla grammatica (Poda, 1761)
Retour en haut de page

Adulte d'Isoperla grammatica (Loiret, avril 2014).

Retour en haut de page
Isoperla insularis (Morton, 1930) *
Retour en haut de page
Isoperla kir (Fochetti & Vinçon, 1993 *)
Retour en haut de page
Isoperla luzoni (Tierno de Figueroa & Vinçon, 2005 *)
Retour en haut de page
Isoperla moselyi (Despax, 1936) *
Retour en haut de page
Isoperla obscura (Zetterstedt, 1840)
Retour en haut de page
Isoperla oxylepis oxylepis (Despax, 1936)
Retour en haut de page
Isoperla rivulorum (Pictet, 1841)
Retour en haut de page
Adulte de d'Isoperla rivulorum du Torrent de Bouchet (Hautes-Alpes)- Juillet 2012.
Retour en haut de page
Isoperla viridinervis (Pictet, 1865) *
Retour en haut de page
Isoperla viridinervis
Retour en haut de page