Inventaire des plécoptères de France
Historique

Initié en 2004, sur le modèle de celui des éphémères, il a débuté par le recensement des espèces et sous-espèces réputées présentes dans notre pays ; un catalogue a été publié en signalant les citations relevées par départements (Le Doaré & Vinçon 2006). 177 espèces et sous-espèces y sont notées, sur les 192 que compte actuellement la faune de France. Depuis, plus de 27 000 données collectées par le programme sont venues enrichir cet atlas de 2384 nouvelles citations départementales, atlas dont la première édition est projetée à l’horizon 2020.

Retour en haut de page
Le protocole

Le protocole utilisé a été élaboré par la commission de pilotage, il est commun à tous les inventaires et fournit les modalités pratiques de collecte et de transmission des échantillons ou des données. Il est diffusé à chaque participant et comprend des fiches d’observation jointes à la collecte, qui permettent de préciser certains paramètres éventuellement mesurés ou observés à la station (pH, température, granulométrie,…).
Une donnée correspond à la présence d’une espèce en un lieu précis à une date.

>+ d'infos
Retour en haut de page
Consolidation finale de l'atlas

Il devenait nécessaire de passer à une autre approche pour l'inventaire des Plécoptères de France. Depuis le début, nous avons travaillé surtout à l'échelle des départements en recensant les espèces sur le simple critère présence/absence. Nous disposons maintenant d'un outil cartographique plus performant, avec une carte sur laquelle on peut visualiser la présence des différentes espèces dans un maillage de 20 km de côté. La carte regroupe environ 27 000 données recueillies depuis le 1er janvier 2000.
Ce système donne un rendu beaucoup plus précis de la distribution des espèces et offre de belles perspectives pour cibler les prospections pour la dernière ligne droite de l'inventaire ! Pour faire apparaître la liste des espèces, il suffit de cliquer gauche sur l'icône bleue de la maille. Toutes les mailles sans icône traduisent l'absence totale d'observation.
Les mailles avec une icône rouge représentent des mailles vides qui sont à prospecter en priorité car il est hautement probable que des espèces de Plécoptères y soient présentes, au moins les plus communes. Le zoom -/+ au coin droit de la carte est très utile pour visualiser les frontières des mailles. La consultation du site Géoportail permettra également de repérer les sites les plus intéressants à prospecter: sources et ruisseaux, surtout de zones forestières,...
Cette mobilisation permettra:

  • la progression de la connaissance de la répartition des espèces communes, par exemple: Nemoura cinerea, Brachyptera risi, Siphonoperla torrentium, Isoperla grammatica, Leuctra geniculata, L. fusca,...
  • l'amélioration des connaissances de la distribution des espèces les plus emblématiques, comme les grands Perlidae et Perlodidae (ces espèces laissent fréquemment leurs exuvies sous les ponts qui enjambent les cours d'eau).

Pendant toute la période hivernale et au début du printemps on peut trouver des Taeniopteryx, des Brachyptera et des Leuctra, notamment en prospectant les parapets de ponts ou de passerelles à proximité immédiate des cours d'eau. En milieu naturel on trouvera divers Nemoura, Protonemura et les petits Zwicknia. Pour la recherche des larves il faut privilégier les petits ruisseaux surtout en milieu forestier notamment pour Nemoura cinerea. Dans les grandes rivières il est utile de privilégier la rive léchée par le courant et les secteurs ouverts, sans arbres.

La carte des résultats par maille permet de prospecter avec davantage d'efficacité, en privilégiant es espèces signalées dans les mailles limitrophes de celle prospectée (bien zommer sur cette carte). Il est recommandé de préparer ses observations de terrain en ciblant son parcours, par exemple avec Géoportail, Le début de saison est favorable pour les espèces de plaine, et la fonte des neiges pour celles de moyenne montagne.

À terme, l'inventaire prendra également en compte les données antérieures à 2000. La fin des prospections a été fixée au 31 décembre 2019 ce qui conclura une période de 20 ans de collectes pour les données contemporaines. Merci à tous !

Pour visualiser cette carte c'est ici.

Retour en haut de page
Un réseau d’observateurs
Ce programme s’appuie sur un large réseau de participants bénévoles volontaires, issus de tous les milieux concernés par la protection et la gestion des milieux aquatiques : entomologistes professionnels et amateurs, hydrobiologistes des Services de l’état et des collectivités territoriales, des bureaux d’études, de conservateurs ou de guides de parcs naturels régionaux, de réserves biologiques, de parcs nationaux, des associations de naturalistes, de pêcheurs, des sociétés savantes,…

Liste des observateurs

Retour en haut de page