Famille des Siphlonuridae
Siphlonurus aestivalis Eaton, 1903

Les données de l’inventaire apportent quelques informations complémentaires concernant l’écologie de cette espèce, capable de coloniser tous les types de milieux aquatiques, et non pas seulement le potamal ou le stagnant. En général, les plans d’eau fréquentés par S. aestivalis sont alimentés en eau limpide, et pourvus d’une végétation aquatique dense. Nos collectes confirment un cycle univoltin avec une diapause embryonnaire, sans doute jusqu’au début de l’hiver et une croissance printanière des larves. Contrairement aux observations effectuées en Suisse (Sartori & Landolt 1999), il est impossible de repérer des périodes d’émergence particulières aux divers milieux colonisés. Même si les milieux stagnants sont soumis à des effets anthropiques lourds (assèchements, drainages, pollutions agricoles diffuses), cette espèce n’apparaît pas directement menacée (LC dans la liste rouge des éphémères de France 2018).

Retour en haut de page

Adulte mâle de Siphlonurus aestivalis. Rivière Egrenne (Orne).

Retour en haut de page
Siphlonurus lacustris Eaton, 1870

L’espèce colonise pratiquement tous les types de cours d’eau, en faciès lentique, et divers milieux stagnants. On la rencontre beaucoup plus fréquemment que l’espèce précédente à des altitudes plus élevées. Cette diversité influe sur les époques d’émergence des adultes, plus tardives en montagne. Il semble que l’espèce soit univoltine printanière et estivale, avec une longue diapause embryonnaire et une croissance printanière rapide des larves. L’espèce n'est pas menacée (LC) dans la liste rouge des éphémères de France 2018.

Retour en haut de page
Subimago de Siphlonurus lacustris (PN Mercantour, juillet 2010)
Retour en haut de page