Mégaloptères & Névroptères
Préambule, qui sont-ils ?

L’ordre des Neuropterida (= Névroptéroïdes) est représenté au niveau mondial par 6500 espèces (Aspöck et al. 2001), réparties en 3 sous-ordres : Megaloptera Latreille, 1802 (= Mégaloptères), Raphidioptera Martynov, 1938 (= Raphidioptères) et Neuroptera Linnaeus, 1758 (= Névroptères). En France, cet ordre comprend approximativement 185 espèces : 3 espèces de Megaloptera (Tillier 2009), 18 espèces de Raphidioptera (Tillier 2012) et plus de 160 espèces de Neuroptera (Tillier 2013).
Tous les Névroptéroïdes évoluent en milieu terrestre à l’état imaginal et, dans la très grande majorité des cas, à l’état larvaire. Cependant, un certain nombre d’espèces ont une larve se développant dans les ruisseaux, les rivières, les lacs ou les étangs.

Retour en haut de page
Quelques espèces à larves aquatiques

En Europe, trois familles présentent un développement larvaire en milieu aquatique : les Sialidae (seule famille représentante des Mégaloptères en Europe), les Sisyridae et les Nevrorthidae. à ces familles, on peut associer celle des Osmylidae, représentée en Europe occidentale par une unique espèce, Osmylus fulvicephalus (Scopoli, 1763), dont la larve se développe sur les berges des ruisseaux, au niveau de l’interface entre l’eau et le milieu terrestre.

C'est donc tout naturellement que notre groupe Opie-benthos, dans son objet de cerner la vie de l'entomofaune aquatique, se penche sur la biologie de ces insectes.  En premier lieu, puisque les connaissances sur la répartition des espèces de ces quatre familles sont très incomplètes pour la France, même pour les plus communes, nous lançons un inventaire des Mégaloptères et des Névroptères à larves aquatiques de France (= INVMN), qui fait ainsi suite aux inventaires nationaux des éphémères (INVFMR), des Plécoptères (INVP), des Trichoptères (INVT) et, plus récemment, des Hétéroptères aquatiques et sub-aquatiques (INVH).

Retour en haut de page