T12. Milieux terrestres
La litière des sous-bois

Il peut paraître étonnant de consacrer une classe d'habitats aériens pour des insectes aquatiques, mais la diversité du vivant est telle que certaines espèces ont pu développer des adaptations facilitant la vie larvaire dans le milieu aérien. C'est le cas des Trichoptères du genre Enoicyla, principalement pour l'espèce E. pusilla, qui accomplit son cycle en dehors de l'eau, même si l'humidité du milieu lui est nécessaire. Les larves colonisent les sous-bois, généralement au niveau de la litière constituée par les feuilles mortes et les mousses. Des larves de cette espèce ont aussi été trouvées dans l'eau sans que l'on sache si le cycle y est normalement possible ou s'il s'agit de chute depuis la berge boisée.
Le milieu aérien peut aussi être un lieu de ponte pour des Trichoptères, de la famille des Limnephilidae par exemple, les oeufs étant pondus sur les feuillages surplombant l'eau, les jeunes larves tombant dans ce nouvel élement à leur éclosion. Par ailleurs, une autre espèce, Ironoquia dubia, Trichoptère qui colonise des ruisseaux forestiers temporaires, effectue sa nymphose au sol, dans la litière humide. Sa ponte a lieu également au sol, les oeufs étant déposés en automne sur les rives humides. Dès que la pluviosité augmente, le ruissellement ou le débordement du cours d'eau permettent la poursuite aquatique du cycle vital de cette espèce.

Retour en haut de page